Simone KORFF-SAUSSE

Conférence du 11 et 12 mars 2023 à l'ASIEM Paris

Dire l'indicible.
Paroles et Silences dans la psychanalyse de l'enfant.

Weekend en présence et en visioconférence.

Choix à préciser lors de l’inscription

Le Gerpen continue à proposer une solution mixte, présence et visioconférence. Pour le GERPEN, conscient que la psyché et la pensée s’originent dans le vif du sensoriel et de l’accordage émotionnel, cette solution ne peut qu’être transitoire, afin que les questions essentielles posées par la clinique psychanalytique ne soient pas oubliées. Nous espèrons pouvoir rapidement retrouver des conditions normales, afin de partager avec vous , en « toute présence » le plaisir d’échanger.

Simone Korff-Sausse, Psychologue-psychanalyste membre de la SPP. Anciennement chercheure-enseignante à l’université Denis Diderot, Paris 7.

L’indicible

« J’ai toujours eu une attention particulière pour ceux qui ne parlent pas. Et  le désir de faire parler ceux que l’on n’écoute pas. Penser qu’ils ont toujours quelque chose à dire. A condition de trouver quelqu’un qui les écoute. »

En posant cette question de l’indicible, transversale pour toutes les formes de communications humaines, S. Korff-Sausse  interpelle  frontalement la psychanalyse qui, par essence même, fait œuvre de mots, d’invitation à dire.

« Il me manque une concordance des mots avec la minute de mes états » disait A. Artaud dans l’ombilic des limbes.

Si le « dicible » permet d’accéder aux mots, reste que les mots ne sont pas toujours capables de dire, de saisir la profondeur du corps, perdus entre la logorrhée et le silence… 

L’indicible se niche sans doute dans l’absence mais sans doute aussi dans le silence des mots. Dans le silence des générations. Parler n’est pas toujours dire au sens d’émettre vers l’autre, de lui confier, une partie vivante de soi, mise en jeu dans la rencontre et dans l’échange. Le parler ne serait-il pas alors une forme d’enveloppe de l’indicible ?

Le dire peut sans doute s’entendre comme la manière verbale de transmettre une émotion, de l’ « habiller » pour que quelque chose d’intimement authentique de soi, et perçu comme tel, puisse être communiqué et reçu par l’autre… 

La psyché ne peut transformer l’indicible s’il n’est pas déjà accepté, contenu, reçu et accepté au creux du corps, là où résonnent les turbulences émotionnelles de la rencontre.

Le psychanalyste, saisi dans son contre-transfert, quelle que soit la profondeur ou la nature du handicap, se doit alors de libérer sa fonction de pensée face à l’étrange, de rêver l’écart, d’en restituer, au plus profond de son intime, l’émergence de ce qu’il a pu percevoir de l’autre, avec les mots qui lui viennent…

L’étrange, source infinie de connaissance.

Programme 

Conférences 

Débats et situations cliniques.

 Le programme sera communiqué ultérieurement.

Bibliographie récente :

Korff-Sausse, S. (2021). Dire l’indicible.Rencontre avec des patients pas comme les autres. Coll. Thémapsy, Ed Erès.

Korff-Sausse, S. (2021) Psychanalyse et déficience. Le psychanalyste polyglotte. Revue française de psychanalyse 85:401-411.

Korff-Sausse, S. (2019) L’enfant handicapé et les peintres. Revue française de psychanalyse 83:173-180

Korff-Sausse, S. (2018) La Séance unique. Revue française de psychanalyse 82:98-109

Sausse-Korff, S. (2016) Bion, une psychanalyse sans mémoire. Revue française de psychanalyse 80:374-385

Korff-Sausse, S. (2011) Les identifications déshumanisantes : l’animalité dans la vie psychique et la création artistique. Revue française de psychanalyse 75:87-102

Korff-Sausse, S. (2011) Le bilinguisme psychique : une approche contemporaine de la psychanalyse: Clivages, frontières, césure. Revue Belge de Psychanalyse 58:23-35

Korff-Sausse, S. (2010) Le psychanalyste « écrivant ». Écrire la psychanalyse avec W. R. Bion. Revue française de psychanalyse 74:389-400

Korff-Sausse, S. (2008) Apologie de l’interprétation. Revue française de psychanalyse 72:777-789

Korff-Sausse, S. (2007) Le pas-encore-né et le déjà-mort. Revue française de psychanalyse 71:169-182

Korff-Sausse, S. (2006) Contre-transfert, cliniques de l’extrême et esthétique. Revue française de psychanalyse 70:507-520

Korff-Sausse, S. (2003) Le visage du monde: L’auto-portrait et le regard de la mère. Revue française de psychanalyse 67:627-645

Korff-Sausse, S. (2003) La femme du pervers narcissique. Revue française de psychanalyse 67:925-942

Korff-Sausse, S. (1998) Retraits psychiques Organisations pathologiques chez les patients psychotiques, névrosés et borderline de John Steiner. Revue française de psychanalyse 62:987-991

Korff-Sausse, S. (2000) La mémoire en partage. Revue française de psychanalyse 64:97-112

Programme

Modération par Jean-Claude GUILLAUME 

Samedi 18 juin 2022

13h15 : Accueil des participants

14h00 : Conférence de Joshua DURBAN, « No body, Nobody »

15H30 : Discutants : Pierrette POYET, Bruno ROMANZIN (APF) et la participation de la salle

16h30 : Pause

17h00 : Présentation clinique : Linda DAVIS, Psychothérapie de Théo, de 3 ans à 6 ans.
La construction d’un pont qui à la fois sépare et réunit.

18h00 : Fin de la journée

 

Dimanche 19 juin 2022

9h00 : Suite du cas clinique présenté par Linda DAVIS

11h00 : Pause

11h30 : Table ronde avec Joshua DURBAN, Jean Claude GUILLAUME, Pierrette POYET, Bruno ROMANZIN, Ann LEVY

13h00 : Clôture du weekend

Traduction : Ann LEVY

 

Bibliographie :

– Durban, J. (2017) Home, homelessness and nowhere-ness in early infancy. Journal of Child Psychotherapy 43:175-191.

– Durban, J. (2018). “Making a Person”-Clinical Considerations Regarding the Interpretation of Anxieties in the Analyses of Children on the Autisto-Psychotic Spectrum. IJP Open – Open Peer Review and Debate 5:1-23 

– Durban J.(2019).Le « chez-soi », le sans-foyer et le nulle-part dans la première enfance. RFP,n°4, 83,pp 1151-169. Ed PUF.

– Durban, J. (2019). “Making a person”: Clinical considerations regarding the interpretation of anxieties in the analyses of children on the autisto-psychotic spectrum. International Journal of Psychoanalysis 100:921-939

– Durban, J. (2020). Sortie d’une organisation pathologique autistique vers « le pays de la couleur » : le dilemme du traitement. Journal de la psychanalyse de l’enfant, 2, vol 10, pp 95-120. Ed PUF. 
– Durban, J. (2021). The Pipe Child and the Cork Child: Infantile Vulnerability and Malignant Symbiosis. Psychoanalytic Perspectives 18:43-67
– Durban, J. (2021).Du chaos au Caravage : considérations techniques dans l’analyse des états autistico-psychotiques en relation avec le morcellement sensori-perceptif. Texte traduit par P. Poyet. In Des troubles sensoriels aux stratégies thérapeutiques, pp129-152. Ed Eres.
 

A propos

Le Gerpen est une association à but non lucratif dont les membres sont enregistrés en tant que bénévoles. 
Consultez nos Mentions Légales.

Contactez-nous

Copyright C 2021 Gerpen

Site by Simon Corde