Une brève histoire du Gerpen
et liste des conférences (1984-2016)



pastedGraphic
Donald Meltzer, 1999, par Meg Harris Williams.
Don watching «Singing in the rain»

Membres fondateurs :
J. Gammill, G. Haag, M. Haag, B. Hayward, D. Houzel, A. Maufras du Chatellier, L. Edy.


Conférences au Gerpen depuis 1984.

Certaines conférences sont téléchargeables.

Les conférences de Donald Meltzer sont publiées dans
« Donald MELTZER à Paris Conférences et Séminaires au Gerpen » Ed du Hublot


Samedi 2 et dimanche 3 décembre 2017

Mark SOLMS (Afrique du Sud)

L’esprit, le cerveau et le monde interne.

Deux conférences :
« L’interprétation des rêves et les neurosciences »

« La relation entre le cerveau et l’Esprit Freudien. Données scientifiques et implications cliniques. »


Discutant : René ROUSSILLON




Samedi 10 et Dimanche 11 juin 2017
Antonino FERRO (Italie)
Travail analytique : plaisir, souffrance ?
« Le plaisir de l’heure analytique. »

samedi 11et dimanche 12 mars 2017

Riccardo LOMBARDI (Italie)
« Découverte du corps dans les états mentaux primitifs. »
« Seconde peau défensive et éclipse du corps. »

Samedi 26 et Dimanche 27 novembre 2016
Marie Rose MORO

 PSYCHANALYSE ET MÉTISSAGE CULTUREL
Au risque de la diversité familiale, sociale et culturelle
 

« Filiations/affiliations au risque de la diversité familiale, sociale et culturelle : la psychanalyse au risque de l’altérité »

Samedi 21 et Dimanche 22 mai 2016
Jonathan BRADLEY (Grande Bretagne)
Psychanalyste. Consultant de Psychothérapie de l’Enfant et de l’Adolescent.
Directeur du Département pour Enfants et Adolescents du Tavistock Centre.
« L’Adolescent et son Corps »

Conférence : « L’attrait douteux de l’automutilation. »

Samedi 30 et Dimanche 31 janvier 2016
Ronald BRITTON (Grande Bretagne)
Membre formateur de la Société Britannique de Psychanalyse
« Exploration renouvelée de la constellation œdipienne »

Samedi 28 et Dimanche 29 novembre 2015
François GONON
Directeur de recherche au CNRS et neurobiologiste à l’Institut des maladies neurodégénératives de l’Université de Bordeaux II.

« Les neurosciences
sont-elles l’avenir de la psychiatrie ? » 

Lisa OUSS :
Pédopsychiatre, docteur en psychologie, psychothérapeute.
« Peux-tu voir rapidement cet enfant? Il a d'importants troubles du comportement et on n'y comprend rien. »
« Pour une clinique de la complexité. »



Samedi 6 et Dimanche 7 juin 2015
Joshua DURBAN
Membre formateur de la Société Psychanalytique d’Israël

« Mise en scène dans la relation analytique chez les enfants autistes »

et Maria RHODE
Professeur de Psychothérapie de l’Enfant au Tavistock Centre et à l’Université d’East London

Joshua DURBAN : « Transfert et contre-transfert dans le traitement des Enfants Autistes,  Mise en scène d’un espoir ou d’un désespoir »
Pascale AMBROISE
, Lauréate du Prix décerné par le Gerpen en 2011.
« Les petites variantes dans la répétition du même, au cours du processus psychothérapeutique avec Maël, un jeune garçon autiste. »




Samedi 31 janvier et Dimanche 1er février 2015
Riccardo LOMBARDI
(Italie)

« Corps et Esprit
dans le travail psychanalytique »


Riccardo LOMBARDI : « Dissociation corps-esprit et transfert sur le corps ».
Pierrette POYET : « Sarah, un travail psychothérapique de 12 à 16 ans »
Catherine DRUON : « Mise en évidence d’un phénomène de transfert corporel dans une cure analytique ».


Samedi 29 et Dimanche 30 novembre 2014
Maurice GODELIER
et
Didier HOUZEL

« Les Figures de la Parentalité »
Point de vue anthropologique
et point de vue psychanalytique

Maurice GODELIER : « Sexualité, Prohibition de l’Inceste, Parenté et Parentalité »
« L’Imaginé, l’Imaginaire et le Symbolique ».

Didier HOUZEL : « Parentalité intérieure, parentalité extérieure et alliance avec les parents ».

Samedi 17 et Dimanche 18 mai 2014
Maria RHODE
L’Œdipe chez l’enfant autiste.

Maria RHODE : « La perception sensorielle chez les enfants autistes : l’influence des facteurs œdipiens. »

Samedi 1 et Dimanche 2 février 2014
André CAREL
Causalité et subjectivité.
« La causalité subjective dans la clinique, le comment du pourquoi. »
avec la participation de Maria RHODE (Grande Bretagne)

André CAREL : « La causalité subjective dans la clinique. Le comment du pourquoi ».
Colette LE BARBIER : « De l’Agir Pervers au Fantasme : Comment la Parole Agit et l’Action Parle ».


Samedi 19 et Dimanche 20 Octobre 2013
Judith et Theodore MITRANI
(Los Angeles), Intervention de Suzanne MAEILLO (Rome)
« Autisme et Psychanalyse »
Centenaire de la naissance de Frances TUSTIN

Judith MITRANI : « S’effilocher, s’effriter, se répandre, une expérience non mentalisée : seconde peau et découverte des racines transgénérationnelles d’un syndrome somatique ».
Suzanne MAIELLO : « Formes sans Forme. Le monde bidimensionnel impensable de l’autisme ».


1er et 2 juin 2013
Antonino FERRO (Italie), Geneviève HAAG, Jean Claude GUILLAUME.

« Formes de l’Onirique : Emotions, Rêves, Rêveries»
Antonino FERRO « Formes de l’Onirique Emotions, rêves et rêveries: ».
Jean Claude GUILLAUME.« La rêverie contre-transférentielle au risque de la souffrance du corps ».
Discutante : Geneviève HAAG


2 et 3 février 2013
Maria Rhode(Grande Bretagne), Florence Guignard, Sylvie Consoli, James Gammill
La psychosomatique chez l’enfant et l’adolescent.
Hommage à Joyce McDougall


Maria Rhode : « Vers le fonctionnement symbolique. Enclaves autistiques, somatisations et contre-transfert corporel. »
Syvie Consoli : « Sommes-nous restés des psychanalystes : Histoire d’une transmission. »
Florence Guignard : « Joyce McDougall, une conteuse de l’inconscient. »
James Gammill : « Souvenirs personnels et professionnels de Joyce McDougall. »



20 et 21 octobre 2012
Jean DECETY (USA), Jean Marc Guilé, Bernard Lechevalier

« L’Empathie »Confrontation entre neurosciences et psychanalyse
Jean Decety
: « L’Empathie : évolution, neurobiologie et développement ».
Jean Decety : « Le rôle des émotions dans le développement de la moralité ».

12 et 13 mai 2012
André Carel, Catherine Druon
« Les dépressions Maternelles » Point de vue psychanalytique.

André Carel : « Co-dépressions mère-bébé au regard de l’approche psychanalytique du familial. »
Catherine Druon : « Une dépression maternelle projetée dans un enfant. »


28 et 29 janvier 2012
David Rosenfeld (Argentine)
« L’addiction aux ordinateurs et aux jeux vidéo » Point de vue psychanalytique.

5 et 6 novembre 2011
Gianna Williams, Anthony Lee, Jane Elfer (Grande Bretagne), Pr. Guy Moriette, Catherine Druon, Pascal Corde
« L’enfant à l’hôpital et sa famille. » Regards psychanalytiques.

Professeur Guy Moriette : « le nouveau né en réanimation et ses parents. »
Catherine Druon : « Un regard qui écoute... une psychanalyste se penche sur les bébés hospitalisés en médecine néonatale »
Pascal Corde : « La trace des larmes : accompagnement psychique d’un bébé et de sa famille en réanimation pédiatrique. »
Anthony Lee, Jane Elfer : « Une présence réceptive à l’impact du cancer sur les enfants, leur famille et l’équipe hospitalière. »

14 et 15 mai 2011
Teresa Flores (Portugal)
« Processus d’intégration et émergence de l’identité. »

29 et 30 janvier 2011
David Rosenfeld (Argentine)
« Les pathologies graves de lʼenfance et leur évolution à lʼâge adulte. »


6 et 7 novembre 2010

James Gammill (Franco-Americain), Meg Harris Williams, Maria Rhode, Margaret Rustin, Gianna Williams (Grande Bretagne), Régine Prat.

LʼObservation, un outil pour comprendre. Hommage à Martha Harris.

James Gammill : « Evocation du rôle de Martha Harris dès le début du Gerpen » 
Meg Harris Williams : « Moments de croissance et rôle de lʼobservation. »
Margaret Rustin : « Lʼobservation, cœur de lʼapproche créative de Martha Harris de la formation psychanalytique. Réflexions 40 ans après. »
Maria Rhode : « Consultations familiales, dans le sillage de Marta Harris, avec des bébés à risques autistiques. »
Gianna Williams : « La discussion de travail. Une idée géniale de Martha Harris. Expérience de discussion de travail avec des éducateurs dʼenfants des rues au Mexique. »
Régine Prat : « Du temps de voir au temps de penser : apports de lʼobservation aux thérapies parent-bébé. »

5 et 6 juin 2010
Vincenzo Bonaminio (italie)
Les troubles de lʼidentité sexuée à lʼadolescence.

Exposé théorique : « Adolescence, la configuration œdipienne et les facteurs transgénérationnels »
Exposé clinique : Osvaldo : « Ces angoisses ne sont pas les miennes », la lutte pour intégrer les sensations étrangères et les affects « Aliens »

30 et 31 janvier 2010
David Rosenfeld (Argentine)
Lʼémergence de lʼémotionnalité et de la symbolisation dans le traitement des désorganisations graves de la personnalité.

« Je suis un enfant pour de vrai : Pinocchio et la création de la parole et de la pensée »

14 et 15 novembre 2009
Filippo Muratori (Italie)
Les troubles précoces du développement et leur dépistage.

« Lʼautisme comme conséquence dʼun trouble de lʼintersubjectivité primaire »

6 et 7 juin 2009
Lore Schacht (Allemagne)
La créativité en analyse dʼenfant.

« Sur la nécessité intérieure dʼêtre créative : quelques réflexions sur la psychothérapie dʼun enfant »

28 et 29 mars 2009
Claude Balier, Véronique Lemaitre
Les comportements violents : un éclairage psychanalytique.

« Lutter contre la mort de la psyché »

15 et 16 novembre 2008
Jean Pol Tassin
Conduites addictives : point de vue neurobiologique, point de vue psychanalytique.

« Ontogenèse du psychisme et conditions favorisant une dépendance »

31 mai et 1er juin 2008
Stefano Bolognini (Italie)
Lʼempathie dans les traitements dʼadolescents : une approche clinique italienne.

A partir dʼun cas clinique dʼadolescent adopté : « Les Blessures de Wilma »

19 et 20 janvier 2008
Membres du Gerpen : Catherine Druon, Louis Edy, Geneviève Haag,
Ann Levy, Annick Maufras du Châtellier, Jacqueline Tricaud.

Quels processus dans les thérapies psychanalytiques des enfants ?

Table ronde :
Catherine Druon : « Les réflexions de Remy Puyuelo et James Gammill sur le co-processus »
Louis Edy : « Quelques idées du processus et en particulier de lʼintrojection chez M. Klein »
Geneviève Haag : « Quelques définitions et propositions générales sur le processus analytique à partir de Freud »
Ann Levy : « Processus selon W. Bion : « Interprétabilité et interprétation »
Annick Maufras du Châtellier : « Le processus chez les enfants avec autisme : lʼhéritage de F. Tustin »
Jacqueline Tricaud : « Le processus analytique de D. Meltzer : avec les commentaires de James Gammill »

17 et 18 novembre 2007
André Bullinger (Suisse)
« Sensorialités et émotionnalité primaire »


2 et 3 juin 2007
Antonino Ferro (Italie)
« Quel statut pour lʼanalyse des enfants ? »

10 et 11 mars 2007
Kate Barrows (Grande Bretagne)
Clivage et chaos : le moment choisi de lʼinterprétation.


9 et 10 septembre 2006
Jacqueline Nadel
A propos du développement précoce et de ses entraves.

« Rôle de la synchronie dans les interactions précoces et les cas dʼautisme »

10 et 11 juin 2006
Suzanne Maiello (Suisse)
Les bases somato-psychiques de la triangulation.

« Les bases somato-psychiques de la triangulation : troubles alimentaires précoces et échec de la triangulation dans la relation primaire »

11 et 12 mars 2006
Manuela Utrilla-Robles (Espagne)
Les aspects groupaux des traitements psychanalytiques de lʼenfant.

« Lʼillusion thérapeutique ».

19 et 20 novembre 2005

Maurice Despinoy, Florence Guignard, Alberto Hahn (Grande Bretagne), Mauro Mancia, Rosella Sandri (Belgique), Gianna Williams (Grande Bretagne)

Hommage à Donald Meltzer.

Didier Houzel : introduction et présentation de Donald Meltzer Table ronde autour du rêve :
Maurice Despinoy : « Une pensée en expansion »
Mauro Mancia : « Le rêve dans la pensée de D. Meltzer »
Florence Guignard : « Donald Meltzer : le rêveur rêvé »
Table ronde autour de lʼémotionalité primaire :
Gianna Williams : « Réflexions sur la réciprocité esthétique »
Alberto Hahn : « Sur la réceptivité des états émotionnels »
Rosella Sandri : « Comment Donald Meltzer mʼa appris... à danser »

11 et 12 juin 2005
Maria Rhode (Grande Bretagne)
A propos des identifications primaires

« Réponse en miroir, imitation, identification, le sentiment identitaire et ses rapports avec le monde interne de la mère »

12 et 13 mars 2005
Robin Anderson (Grande Bretagne)
Adolescence et Moi corporel

« Adolescence et Moi corporel : Confrontation à lʼadolescence avec le fonctionnement psychique archaïque. »

20 et 21 novembre 2004
Geneviève Haag, Antoine Mayer, James Gammill, Didier Houzel.

J. Gammill : « Aspects insuffisamment connus et reconnus de lʼœuvre de Mélanie Klein. Quelques prolongements personnels.»
D. Houzel : « D. Meltzer- in memoriam. »

19 et 20 juin 2004
Donald Campbell (Grande Bretagne)
Les psychothérapies analytiques à lʼadolescence.

« Un état pré-suicidaire chez une adolescente »

15 et 16 novembre 2003

Jan Abram (Grande Bretagne) avec la participation de Cléopâtre Athanassiou- Popesco, André Green et René Roussillon

Week-end de travail autour de Winnicott.

Jan Abram : « Lʼobjet qui survit »
Cléopâtre Athanassiou-Popesco: Commentaires par la traductrice de lʼouvrage de Jan Abram.
André Green, René Roussillon, Michel Haag : Discutants.

17 et 18 mai 2003
Geneviève Haag et Didier Houzel
Premières formations du développement psychique : niveaux archaïques et autisme.

Didier Houzel et Geneviève Haag : « Autisme infantile. Nouvelles hypothèses psychanalytiques »
Apport aux premières formations du développement psychique »

29 et 30 mars 2003
Paul Barrows (Etats-Unis)
« La place du père dans les psychothérapies parent-enfant à la recherche du fantôme dans la chambre dʼenfants»


12 et 13 octobre 2002
Lia Pistiner de Cortinas (Argentine)
« Les états psychiques prénatals »


4 et 5 mai 2002
Donald Meltzer (Etats-Unis)
« Formation de symboles et invention de signes. »


2 et 3 février 2002
Membres du Gerpen et de lʼAffobeb

Régine Prat : « Lʼobservation de bébé selon la méthode dʼEsther Bick. Rappel des principes de base »

  1. M. Haag, D. Houzel et J. Tricaud. Discutants

17 et 18 novembre 2001
Jacqueline Godfrind- Haber (Belgique)

« Les deux courants dans le transfert : entre séduction et symbolisation »

16 et 17 juin 2001
Alicia Schteingart (Suisse)

«Lʼanalité dans la structuration de la névrose infantile »

3 et 4 mars 2001
Donald Meltzer (Etats-unis)

« Le processus psychanalytique »

25 et 26 novembre 2000
Alex et Hélène Dubinsky (Grande Bretagne), Maria Rhode (Grande Bretagne), Annette Watillon (Belgique).
Observation de bébé selon la méthode dʼEsther Bick et applications dans divers domaines de la petite enfance.

Table ronde : R. Prat : C. Athanassiou, H. Dubinsky, A. Dubinsky, G. Haag, A. Levy , M. Rhode, J. Tricaud et A. Watillon.

17 et 18 juin 2000
Joyce McDougall (Grande Bretagne)

« Identité sexuelle et créativité. De lʼinhibition à lʼinspiration »

11 et 12 mars 2000
Donald Meltzer (Etats-Unis)

« Réflexions sur la paranoïa »

16 et 17 octobre 1999
Hanna Segal (Grande Bretagne)

« Le complexe dʼŒdipe aujourdʼhui »

12 et 13 juin 1999
Terttu Eskelinen de Folch (Finlande)

« Cognition et situation œdipienne dans lʼanalyse dʼune petite fille de 6 ans »

13 et 14 mars 1999
James Gammill (Franco-Americain), Didier Houzel et Geneviève Haag

James Gammill : « Brève évocation dʼune transmission vivante : Klein, Meltzer, Harris, Bick, Tustin »
Didier Houzel et Geneviève Haag : « Evolution des idées psychanalytiques sur lʼautisme. Etat actuel de nos repérages»
Table ronde :
G. Haag – S. Bloch et autres intervenants. Intérêt dʼune psycho-pédagogie spécialisée au long cours avec lʼenfant et lʼadolescent autiste parallèlement à la psychothérapie
Equipe de D. Houzel : Quels dispositifs ? Quels soins ? Dépistage et traitements précoces, présence à domicile et intégration scolaire.
A. Maufras du Châtellier :
Intérêt de lʼécoute attentive pré et post-natale pour le dépistage précoce.
R. Prat : Travail avec les éducateurs et les soignants.

  1. J. Tricaud : Lʼalliance thérapeutique avec les parents.

10 et 11 octobre 1998
James Gammill (Franco-Americain)

« Les éditions successives de la position dépressive tout au long de la vie »

6 et 7 juin 1998
Suzanne Maiello (Italie)

« Trames sonores et rythmiques primordiales Réminiscences auditives dans le travail psychanalytique »

7 et 8 mars 1998
Donald Meltzer (Etats Unis)

Commentaires à partir de cas cliniques

6 et 7 décembre 1997
Anne Alvarez (Grande Bretagne)

« Lʼidentification projective en tant que communication : sa grammaire chez lʼenfant psychotique – borderline »

24 et 25 mai 1997
Donald Meltzer et Rolf Klüwer (Allemagne)

Conférence de Rolf Klüwer : « A propos des parties non nées de la personnalité »

25 et 26 janvier 1997
David Maldavsky (Argentine) et Clara Roitman (Argentine)
Théorie et clinique des Etats Abouliques.

David Maldavsky : « Perception, conscience, et autres expressions dans lʼautisme, les traumatophilies, les addictions et les troubles psychosomatiques ». « Le problème des traits de caractère et des défenses dominantes dans la personnalité »

12 et 13 octobre 1996
Salomon Resnik (Argentine)
Un enfant autiste en institution.

Cas clinique présenté par Pierre Delion et Salomon Resnik, avec documents vidéoscopiques »

4 et 5 mai 1996
Donald Meltzer

Commentaires à partir de cas cliniques

25 et 26 novembre 1995

Daphné Briggs (Grande Bretagne), Alex et Hélène Dubinsky (Grande Bretagne), Andrzej Gardziel (Pologne), Odile Gaveriaux, André Green, Geneviève Haag, Didier Houzel, Bianca Lechevalier, Annick Maufras du Châtellier, Maria Rhode, Margaret Rustin, Sheila Spensley (Grande Bretagne)

Hommage à Frances Tustin.

Sheila Spensley : « La vie et lʼœuvre de Frances Tustin »
Annick Maufras du Châtellier : « Pierre, un enfant autiste. Son émergence jusquʼà la guérison » Une thérapie supervisée par Frances Tustin.
Geneviève Haag : Introduction
André Green : « Lʼempathie théorique en dépit des différences dans la pratique »
Bianca Lechevalier : « Intermède poétique »
Table ronde sur la pensée de Frances Tustin :

Daphné Briggs, André Green et Andrzej Gardziel Geneviève Haag, Maria Rhode, Sheila Spensley.

La Tavistock Clinic fête ses 75 ans : son histoire, son activité de formation, son apport à la psychanalyse avec :
Alex et Hélène Dubinsky, Odile Gaveriaux, Geneviève Haag, Didier Houzel, Margaret Rustin.

18 et 19 mars 1995
Donald Meltzer

Commentaires à partir de cas cliniques

14 et 15 janvier 1995
Yolanda Gampel (Israél) , Joyce MacDougall, Lore Schacht (Allemagne)
La séparation dans la cure chez lʼenfant et chez lʼadulte.

Lore Schacht : « Bienvenue et Adieu »
Yolanda Gampel : « Prendre congé du passé familial dans lʼespace thérapeutique »
Joyce MacDougall : « Angoisse de séparation et identité »

19 et 20 mars 1994
Donald Meltzer

Commentaires à partir de cas cliniques

20 et 21 novembre 1993
Donald Meltzer

Commentaires à partir de cas cliniques

26 et 27 juin 1993
Lore Schacht (Allemagne)

« Le chemin ou la découverte progressive de la fonction organisante dʼune image dans une analyse dʼenfant »

20 et 21 mars 1993
Donald Meltzer

Commentaires à partir de cas cliniques

14 et 15 novembre 1992
Donald Meltzer

Commentaires à partir de cas cliniques

21 et 22 mars 1992
Donald Meltzer

Commentaires à partir de cas cliniques

30 novembre et 1er décembre 1991
Donald Meltzer

Commentaires à partir de cas cliniques

15 et 16 juin 1991
Jean Begoin, James Gammill, Bianca Lechevalier, Joyce MacDougall
La dépression.

James Gammill : « Réévaluation du passage de la position schizoparanoïde à la position dépressive à la lumière des approfondissements concernant la dépression primaire »
Geneviève Haag : Discutante.
Jean Begoin : « Etre ou ne pas être : entre dépression et position dépressive, le métabolisme de la souffrance psychique »
Didier Houzel : Discutant
Bianca Lechevalier : « Hélène, Magali et Ali : Dépressions au début de la vie. Trois évolutions différentes »
Joyce MacDougall : « Dépressions et somatisations : du deuil psychosomatique »
Florence Begoin Guignard : Discutante
James Gammill, Michel Haag : Intervenants

9 et 10 février 1991
Donald Meltzer

Commentaires à partir de cas cliniques

8 et 9 décembre 1990
Donald Meltzer

Commentaires à partir de cas cliniques

10 et 11 mars 1990
Donald Meltzer

Commentaires à partir de cas cliniques

25 et 26 novembre 1989
Donald Meltzer

Commentaires à partir de cas cliniques

Mai 1989
Suzanna Isaacs Elmhirst (Grande Bretagne)
« Les objets transitionnels : un réexamen »

Intervention de Anne Clancier

11 et 12 mars 1989
Donald Meltzer

Commentaires à partir de cas cliniques

20 novembre 1988
Donald Meltzer

Commentaires à partir de cas cliniques

28 mai 1988
Frances Tustin (Grande Bretagne)

« Etre ou ne pas être : une étude de lʼautisme »

12 mars 1988
Donald Meltzer

Commentaires à partir de cas cliniques.

14 novembre 1987
Donald Meltzer

« Différenciation entre sado-masochisme et tyrannie-soumission »

16 mai 1987
Martha Harris « In memoriam » par Ruth Hayward, Beresford Hayward et Mrs Brenmann. (Grande Bretagne)


29 mars 1987
Donald Meltzer

Commentaires à partir de cas cliniques.

29 novembre 1986
Donald Meltzer

Commentaires à partir de cas cliniques.

24 mai 1986
Mrs Brenmann (Grande Bretagne):

Commentaires à partir de cas cliniques.

Novembre 1986
Donald Meltzer

Discussion sur le Conflit Esthétique.

Mai 1986
Donald Meltzer

« Le Conflit Esthétique et son rôle dans le processus de développement psychique »

Mars 1986
Donald Meltzer

Commentaires à partir de cas cliniques.

Septembre 1985
Donald Meltzer

« La perception de ses propres attributs et sa relation avec le développement du premier langage »

Janvier 1985
Frances Tustin (Grande Bretagne)

Geneviève Haag : Présentation de la conférence sur « lʼéducation des enfants autistes »
Frances Tustin : « Réflexions sur lʼéducation des enfants autistes »
Frances Tustin : « Les formes autistiques »
Varenka Marc et Olivier Marc : Commentaires

Juin 1984
Donald Meltzer

« LʼObjet Esthétique »

Mai 1984
Donald Meltzer (Etats Unis), Martha Harris (Grande Bretagne)

James Gammill : Présentation du Bulletin du Gerpen.


La protohistoire
Le Gerpen a été créé à l’initiative de James Gammill.
Au fil des années, il a continué à le soutenir en le faisant connaître à nombre de Psychanalystes et Psychothérapeutes à travers la France. 

Le tout début remonte à l’invitation que James Gammill, Jean et Florence Bégoin et Geneviève Haag avaient faite à Donald Meltzer et à sa femme, Martha Harris, de venir faire un séminaire à Paris. Dans une lettre à Didier Houzel, James Gammill rappelle sa démarche auprès des Meltzer pour lancer cette invitation : « J’avais fait le voyage en Angleterre en novembre 1973 pour voir Don et Mattie (diminutifs des prénoms de nos conférenciers : Donald et Martha) et acquérir leur consentement pour venir travailler pour et avec nous. » Il rappelle que la réunion s’était faite chez les Bégoin, le repas chez les Hayward, la traduction des conférenciers par le fils Hayward et la présentation clinique par Jacqueline Tricaud. Cela se passait au tout début de l’année 1974, lors d’un weekend. Il y avait une vingtaine de participants, dont beaucoup appartenaient à un séminaire organisé par Geneviève Haag et dirigé par James Gammill connu sous le nom de « séminaire de la rue de Rennes », lieu où il se tenait.
Le propos de Donald Meltzer a d’emblée frappé l’assemblée par sa nouveauté et sa créativité. On le voyait penser le matériel de psychanalyse qui lui était présenté. On sentait que c’était une pensée qui se déroulait à mesure. La différence était frappante avec le discours psychanalytique officiel de l’époque. Donald Meltzer pensait la psychanalyse à partir de la clinique, adossé certes à la théorie, notamment à la pensée de Melanie Klein, mais libre de sa créativité et libératrice de celle de l’auditoire. Une véritable bouffée
d’oxygène.
Meltzer lui-même, avec l’humour qui le caractérisait, a dit, à la fin de ce séminaire, « si vous voulez que je revienne, il vous suffit de me siffler ! » C’est ce qui s’est fait; nous avons décidé de le réinviter.
Le groupe s’est élargi par le bouche à oreille, tout en restant d’ordre privé. Il a fallu louer une salle pour accueillir un auditoire qui allait en grandissant à chaque fois. On s’est réuni dans une salle près des Champs-Elysées, rue de Washington, puis pendant quelques temps dans un amphithéâtre de l’hôpital Bichat. On a loué ensuite une salle avenue Georges V, où nous sommes restés pendant plusieurs années. La salle était très confortable, mais il y avait un inconvénient : le prix.
Les questions financières ont joué un rôle important dans la naissance du
Gerpen proprement dit. En effet, pendant toute cette période, que l’on peut qualifier de protohistorique puisque le Gerpen était encore à naître, on avait confié la gestion des finances à l’une des participantes des séminaires, Anik Maufras du Chatellier, qui s’est dévouée pendant des années pour assumer ce rôle de trésorière en gérant, sur un compte privé, les sommes de plus en plus importantes que nécessitait l’organisation de séminaires. Il a donc été décidé de créer une association loi 1901 destinée à organiser ces séminaires avec le couple Meltzer et à gérer les fonds que cela exigeait. La protohistoire s’arrête-là, l’histoire commence.

L’histoire
Pendant l’été 1983, il y eut, à Cannes, le deuxième congrès international de psychiatrie du nourrisson (le premier avait eu lieu deux années auparavant à Estoril, près de Lisbonne). Plusieurs habitués des séminaires Meltzer s’y sont retrouvés dans une atmosphère particulièrement amicale pour dîner dans un restaurant de Théoule-sur-mer : James Gammill, Anik Maufras du Chatellier Geneviève et Michel Haag, Didier Houzel. Au cours du dîner, nous nous sommes dit qu’il fallait fonder une association Loi 1901 et que nous en parlerions aux autres organisateurs en rentrant à Paris. Les statuts ont été déposés en 1984. L’origine officieuse du Gerpen date donc de 1983, son origine officielle de 1984.
À notre regret ni James Gammill, ni Jean Bégoin et Florence Guignard n’ont voulu être membres actifs de l’association. Pourtant, ils ont continué à accompagner les réunions scientifiques du Gerpen, Jean Bégoin et Florence Guignard jusqu’au milieu des années 1990, James Gammill jusqu’à 2015 où il a été élu membre d’honneur. Florence Guignard, outre sa contribution scientifiques a longtemps rempli le rôle difficile de traductrice de nos conférenciers anglophones.
À ses débuts, le Gerpen ne s’est pas donné de président. La gestion se voulait totalement collégiale. Il a fallu cependant choisir un siège social : le choix s’est porté sur Alençon où Louis Edy dirigeait alors un secteur de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent. C’est donc l’hôpital psychiatrique d’Alençon qui a été notre premier siège social. In fine, il a bien fallu structurer un bureau, donc élire un ou une présidente. Ce fut d’abord Louis Edy qui assura cette charge avant de passer le relais à Geneviève Haag ce qui a entraîné le déplacement du siège à Paris. Puis, à nouveau Louis Edy a assumé la fonction de président pour quelques temps. Actuellement et depuis maintenant une dizaine d’années, le Gerpen est présidé par Catherine Druon, membre titulaire honoraire de la SPP.
Pendant les années 1980, un séminaire avait lieu trois fois par an avec les Meltzer. Malheureusement, un accident dramatique est venu endeuiller notre petit groupe : au cours de l’été 1984, Donald Meltzer et Martha Harris revenaient en voiture d’Italie en traversant les Alpes. Ils ont été victimes d’un grave accident de voiture dans la région de Briançon. Donald Meltzer a eu des blessures, mais son pronostic vital n’était pas engagé. Par contre, Martha Harris après plusieurs semaines de coma traité au CHU de Grenoble s’est réveillée dans un état d’atteinte neurologique sévère et extrêmement douloureux. Elle est décédée des suites de cet accident en 1986.
Ce drame a diminué les visites de Donald Meltzer à Paris et nous a conduits à faire appel à d’autres conférenciers, tous prestigieux. Nous avons invité Herbert Rosenfeld, Frances Tustin, Irma et Eric Brenman, Joyce Mac Dougall et bien d’autres encore.
Dès avant la création officielle du
Gerpen, nous avons introduit l’observation du bébé selon la méthode d’Esther Bick, sous l’impulsion de Martha Harris, qui avait succédé à Esther Bick à la Tavistock Clinic en tant que responsable du département de psychothérapie de l’enfant.
Les weekends n’étaient ouverts qu’aux psychanalystes et aux psychothérapeutes qui en avaient fait la demande. Nous avions établi cette règle car les cas de psychothérapie, leur confidentialité, le travail d’interprétation paraissaient nécessiter une écoute analytique minimale pour ne pas être déformés. Le Gerpen se situait ainsi comme un complément à la formation de base en psychanalyse ou en psychothérapie d’orientation analytique pour l’enfant et l’adolescent.
Dans les années 1990, à l’occasion d’un hommage à Frances Tustin, disparue en 1994, un premier weekend ouvert à tous les professionnels de la santé mentale a été proposé. Depuis, une fois par an, à l’automne le Gerpen organise un weekend « ouvert » consacré à des échanges entre psychanalystes et spécialistes de disciplines connexes (psychologie du développement, neurosciences, anthropologie, etc.) Les deux autres weekends de l’année restent réservés aux psychanalystes et psychothérapeutes.
La présence et la pensée de Donald Meltzer a constitué l’axe principal de nos réunions scientifiques jusqu’à sa disparition en 2004. Elle avait dès l’abord rencontré la préoccupation de plusieurs d’entre nous d’approfondir la compréhension des angoisses les plus précoces et d’appliquer cette compréhension au traitement des enfants du spectre de l’autisme, thème que Meltzer explorait avec le groupe de psychanalystes qui a rédigé avec lui son livre de référence « Explorations dans le monde de l’autisme ». Il nous a semblé que notre rôle essentiel était de faire connaitre au public français les psychanalystes étrangers, qui jouaient un rôle éminent dans le développement de la psychanalyse de l’enfant et de l’adolescent et dont la pensée était souvent peu connue ou mal connue dans notre pays.
Je termine cette brève histoire du
Gerpen en soulignant deux contributions majeures. La première est celle de nos traducteurs, le plus souvent de l’anglais au français et vice-versa. Nous devons à David Alcorn, thérapeute familial, parfaitement bilingue puisqu’originaire d’Ecosse et ayant fait sa carrière professionnelle à Caen, de nous avoir donné des traductions d’une clarté et d’une précision remarquables, aussi bien des textes de nos conférenciers que de leurs commentaires oraux. Depuis qu’il a pris sa retraite, il y a quelques années, ces traductions sont, en général, assuré par Ann Lévy, membre de la SPP et actuelle secrétaire scientifique du Gerpen, poste qui a d’abord été occupé par Régine Prat. Ann Lévy est également bilingue, puisqu’américaine d’origine.
La seconde remarque est pour signaler l’existence d’un Compte rendu des weekends scientifiques du
Gerpen qui est né dans les années 1980. Il était alors fabriqué à Caen sous la responsabilité d’abord de Louis Edy, puis de Bianca Lechevalier qui les a archivés, ceci jusqu’à la fin de 1991. Les premiers Comptes rendus comprenaient l’ensemble des weekends, conférences, présentations cliniques et commentaires. Depuis quelques années, pour des questions de confidentialité, les cas cliniques ne sont plus édités dans ce Compte rendu, qui paraît une fois par an et qui contient seulement les textes des conférences données au cours de l’année écoulée, ainsi que certaines de tables rondes qui concluent les weekends. C’est Jacques Touzé qui est l’artisan et le responsable de ces Comptes rendus. Ils sont mis en vente lors de chaque weekend, mais sont réservés aux participants des weekends scientifiques.
L’aventure continue. De nouveaux collègues, plus jeunes, sont venus renforcer l’équipe qui préside aux destinées du
Gerpen, qui se veut modestement mais résolument une fenêtre ouverte sur le monde extérieur aussi bien entre le monde psychanalytique français et le vaste espace de la pensée psychanalytique étrangère, qu’entre la psychanalyse et les disciplines connexes qui explorent avec leurs méthodes spécifiques l’âme humaine depuis ses tout premiers balbutiements.

Didier Houzel
(Vice-Président en exercice)